Max-Bill Platz Zurich

Créé le

Actualisé le

La planification de la place Max Bill a été faite à une époque où personne ne se préoccupait encore du climat urbain. Pourtant, il y a 20 ans déjà, des espaces verts et des arbres ont été intégrés au projet. Ce qui était autrefois prévu comme bande verte pour les réserves du tram a aujourd’hui été transformé en cuvettes de rétention.

Categories

Bassin d’infiltration entre la place et la route
Bande verte avec arbres et bacs de rétention

© Toutes les images : VSA

Aperçu de l’impact

effet recherché pour la gestion des eaux pluviales
  • évacuation contrôlée par des voies d’écoulement de surverse
  • favoriser l’évaporation
  • réduire le ruissellement superficiel
  • rétention de l’eau de pluie à long terme
  • rétention temporaire pour écréter les débits de pointe
autres effets
  • modération/réduction du trafic
  • alimentation de la nappe phréatique
  • réduction de la chaleur
  • promotion de la biodiversité
  • Création d’espace de détente et de rencontre

Contexte du projet

Lorsque le projet de la place Max Bill a été développé, la question du climat urbain n’était pas encore pertinente. Néanmoins, la place a été conçue de telle sorte qu’elle est encore aujourd’hui considérée comme un exemple du principe de la ville éponge. La bande verte de 6 mètres de large a été conçue comme réserve pour les rails du tramway. Aujourd’hui, elle assume la fonction de rétention/infiltration des eaux avec la création de cuvettes. Les arbres ont été plantés à l’époque pour faire de l’ombre, car l’espace était destiné à accueillir des manifestations et des événements du quartier.

Eléments de ville en éponge

La bande verte de 6 m de large prévue a été transformée en cuvette de rétention au profit de la gestion des eaux pluviales. L’eau de pluie qui s’écoule de la place peut être dirigée vers ces dépressions où elle s’infiltre. Sur cette bande verte se trouvent des arbres qui bénéficient de cet apport d’eau. Les arbres régulent le climat urbain et le cycle de l’eau grâce à l’évapotranspiration et à l’ombre qu’ils projettent. Les arbres en question sont des pins. Cela offre aux visiteurs un séjour plus agréable et le sol ne s’échauffe pas trop. De plus, l’espace végétalisé et les arbres plantés contribuent à l’équilibre écologique et offrent un habitat aux espèces.

La gestion des eaux pluviales est assurée par des bassins de rétention intégrés dans les espaces verts. La topographie du terrain a été conçue de manière à ce que l’eau qui s’y déverse puisse être évacuée avec le moins de dommages possibles. L’eau peut s’accumuler dans les dépressions et s’infiltrer dans le sol. L’eau stockée dans les couches supérieures du sol peut être restituée à l’atmosphère par évaporation.

Utilité et impact du projet

Les espaces verts avec les cuvettes de rétention et les arbres réduisent la chaleur de la place. Grâce à la capacité d’évaporation, la température ambiante peut être refroidie et l’ombrage entraîne également une baisse des températures. La température ambiante plus basse augmente la qualité de séjour sur la place Max-Bill et en fait un lieu attractif pour les événements planifiés par le quartier.

Les cuvettes de rétention permettent une gestion des eaux à ciel ouvert, participent à la déconnexion des eaux et donc au délestage des canalisations.

Informations sur le projet

Réalisation: 2005 – 2006

Propriétaire: Eberhart Bau SA, Zurich

Maître d’ouvrage: Eberhart Bau SA, Zurich

Planification: Haerle Hubacher Architectes BSA

Schweingruber Zulauf Architectes-paysagistes BSLA

Zschokke Gloor Architectes-paysagistes ETS

Partenaires impliqués : Ingénieur civil : B+S Ingenieur SA, Zurich

Plus d’informations